Martigny

Martigny, appelée en allemand Martinach3, est une commune et une ville du canton du Valais, située dans le district de Martigny dont elle est le chef-lieu. Sise au coude du Rhône, au croisement des axes routiers du Grand-Saint-Bernard et du Simplon. Par sa population (17 837 habitants), Martigny est la deuxième ville du canton, après […]

Martigny, appelée en allemand Martinach3, est une commune et une ville du canton du Valais, située dans le district de Martigny dont elle est le chef-lieu. Sise au coude du Rhône, au croisement des axes routiers du Grand-Saint-Bernard et du Simplon. Par sa population (17 837 habitants), Martigny est la deuxième ville du canton, après Sion4.

Le nom latin d’origine gauloise est Octodurus « les huit portes », graphie à finale latine -us sur la base du gaulois oxtu, huit. Cf. vieil irlandais ocht, tous du celtique octū / oxtū (voir aussi le nom de personne gaulois Octocnus) et duron, porte, forum, bourg. Cf. breton, gallois dor, porte5, d’où le nom français alternatif d’« Octodure ».

Le nom « Martigny », attesté pour la première fois au xiie siècle, est un nom de domaine gallo-roman tardif composé du suffixe d’origine celtique -acum, dont la forme est précisément -ach ou -ich en zone germanophone et du nom de personne chrétien Martinus, il a pour équivalent les innombrables Martigny, Martigney, Martigné du Nord de la France et Martignac (Martinhac en occitan) du Sud.

Il se pourrait qu’il s’agisse du nom de la villa rustica gallo-romaine de la banlieue de la ville romaine (le Forum Claudii Vallensium)[réf. nécessaire] où la première église romaine, qui sera remplacée par une cathédrale-double puis par l’église paroissiale, a été construite. Un bourg, noyau de la Martigny moderne, s’y est formé. Les environs de l’église s’appelaient encore Granges de Martigny au xixe siècle.
Selon l’Office fédéral de la statistique, Martigny mesure 24,97 km22. La ville de Martigny se situe dans la plaine du Rhône où celui-ci forme un coude. Elle fait partie du Bas-Valais et se trouve proche de la ville de Sion (capitale du Valais).

Le relief encaissé de la commune et le régime des vents rend la ville et les milieux cultivés ou naturels voisins vulnérables aux nuisances par le bruit routier, la pollution routière et la pollution industrielle de l’air.
Une pollution localement élevée de l’environnement et des vignobles par le fluor a notamment été constatée dans les années 19706,7,8.

Laisser un commentaire